jeudi 4 août 2016

*

Jurbise : Histoire et histoires

Naissance de l'entité

L 'entité de Jurbise regroupe cinq villages autour de l'ancienne commune de Jurbise : Erbaut, Erbisoeul, Herchies, Masnuy Saint Jean et Masnuy Saint Pierre. C'est sous le gouvernement de Gaston Eyskens (1968-1972) que le projet de remembrement des communes de Belgique a vu le jour, mais c'est sous celui de Leo Tindemans qu'il deviendra effectif. Et c'est Joseph Michel, ministre de l'Intérieur de l'époque, qui le mène à son terme.

(voir la suite...)

C hacun de ces villages a son caractère propre, son histoire, ses particularités. Notre propos n'est pas de retracer l'Histoire (avec un grand H) de ce coin de terre, mais de souligner certains aspects historiques ou anecdotiques peu ou mal connus.

Le camp de prisonniers d'Erbisoeul

A u lendemain de la défaite du IIIe Reich face aux armées alliées, on ne comptait pas moins de 195.000 soldats allemands prisonniers de guerre sur le territoire de la Belgique. Ils é,taient principalement sous la surveillance des Anglais qui avaient installé, pour les héberger, treize camps :
2 dans la province d'Anvers, à Anvers (POW 2225) et Brasschaat (POW 2223) ;
2 dans la province de Hainaut, à Enghien (POW 2231 et POW 2375)...

(voir la suite)

Un établissement routier à l'époque gallo-romaine

D u 12 juillet 2010 au 15 septembre 2010, une fouille archéologique s'est déroulée à Masnuy-Saint-Jean, en bordure de la chaussée Brunehault, sous la responsabilité de Madame Marceline Denis, archéologue, attachée au Service de l'Archéologie en Province de Hainaut...

(voir la suite)

La Chaussée Brunehault


C omme son nom ne l’indique pas, la Chaussée Brunehault est une antique chaussée romaine qui reliait Bavay (Bagacum) à Utrecht, via Enghien, Asse et Anvers. Elle coupe le territoire des Masnuy du sud-sud-ouest au nord-nord-est suivant un tracé remarquablement rectiligne, à l’exception de la montée du ‘Roc’, à la sortie de Nimy, où elle zigzague afin de réduire la pente.
(voir la suite)

Le Rissori


R issouris pour les habitants du lieu - est un petit ruisseau qui prend sa source à Masnuy Saint Jean, à l'est de la Chaussée Brunehault, en bordure du bois d'Hasnon. Après avoir traversé la Chaussée Brunehault, puis le Chemin du Prince, il descend à travers bois et bruyères une pente qui le mène vers la Haine.
(voir la suite)

Une histoire de trains


E n 1841, la construction d'une voie ferrée reliant Bruxelles à Mons a fondamentalement modifié le paysage, mais aussi - et peut-être surtout - l'économie de notre région. L'établissement de la ligne 96, suivie peu après des lignes 90 et 90A, a contribué au développement d'entreprises importantes telles les usines Utzschneider-Jaunez à Jurbise, la brasserie-malterie Gantois à Erbisoeul et Walref à Masnuy Saint Pierre, pour ne citer qu'elles. Mais avant...
(voir la suite)

Des Destrée, des Arts et des Lettres


C 'est le 21 août 1863 que naquit, à Marcinelle, Jules Destrée. Son père, Léopold Olivier Joseph,  a vingt-neuf ans et s'est marié au mois de mai de l'année précédente avec Clémentine Jeanne  Defontaine qui a deux ans de moins que lui. Léopold  exerçait la profession d'ingénieur chimiste aux usines de Couillet et de Marcinelle avant d'opter pour une carrière d'enseignant...
(voir la suite)

La butte des fusillés


L e 2 mars 1916, Masnuy Saint Jean, bien malgré lui, fut le théâtre d’un événement douloureux : sept hommes furent fusillés par les Allemands au pied d'une butte, en bordure de la Chaussée Brunehaut.
(voir la suite)

Le "RADAR"


A u beau milieu des champs, à la limite de Lens et de Montignies, le promeneur découvre une zone hérissée de hauts piquets reliés par des fils, le tout entouré d'une clôture protectrice qui donne à l'ensemble des allures de base secrète. A quoi cela peut-il bien servir ?
(voir la suite)

Le moulin de Masnuy Saint Pierre


S i l'image d'un moulin est aujourd'hui imprégnée du parfum de Nostalgie, il n'en était pas de même autrefois et, aux yeux des seigneurs sur les terres desquels ils étaient érigés, ils représentaient surtout une source de revenus particulièrement appréciables. Tous les paysans sur lesquels le propriétaire exerçait son autorité...
(voir la suite)

Marie José de la Barre d'Erquelinnes


L orsque les troupes du IIIe Reich envahirent notre pays en mai 1940, les riches demeures et des châteaux furent réquisitionnés pour établir les Q.G.
Jurbise n'échappa pas à la règle et, en octobre de cette année-là, le comte Henri de la Barre - qui était le bourgmestre de Jurbise à l'époque - fut obligé de partager son château du domaine des Viviers avec des officiers ; cependant ce ne furent pas des Allemands qui vinrent s'installer chez lui, mais leurs alliés italiens...
(voir la suite)

Le domaine des Viviers


O n l’appelle château cette riche demeure,
Cette perle posée au creux de son écrin,
Doux cadre de verdure et de sérénité,
Oasis de fraîcheur tel un jardin d’Eden.
(voir la suite)

Le château de la Brûlotte


I l y a, au beau milieu du bois d'Hasnon , bien enchâssé dans son écrin de verdure, un petit bijou qui porte le curieux nom de " Brûlotte ". Ce nom évoque le fait qu'autrefois, pour rendre une parcelle boisée cultivable...
(voir la suite)


A suivre